En quelle langue?

vendredi 26 août 2016

Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable, Romain Gary

Afficher l'image d'origine  "Il m'avait toujours paru que le vieillissement prépare au vieillissement. Il était, me semble-t-il, saisons, étapes, signes annonciateurs du changement : un "peu à peu" qui donne le temps de réfléchir, de se préparer et de prendre ses dispositions et ses distances, se fabriquer une "sagesse", une sérénité. Un jour, on se surprend à penser à tout cela avec détachement, à se souvenir de son corps avec amitié, et se découvrir d'autres intérêts, les croisières, le bridge et des amitiés parmi les antiquaires. Or, je n'avais encore jamais eu de défaillance. Mes sens n'avaient jamais refusé de s'éveiller. Sans doute, depuis longtemps déjà, il n'était plus question pour moi de ces nuits où le corps ne lésine pas jusqu'à l'aube et ne sait même pas compter. Mais tout cela n'avait guère d'importance, car il n'y avait pas d'autre enjeu que de donner à chacun son dû. Il ne s'agissait que d'un échange de bons procédés."
 
Editions Folio
248 pages
1978
 
  Je ne sais plus vraiment si c'est l'envie de lire un livre de Romain Gary, ou le titre qui m'a fait sourire, qui m'a poussée à emprunter ce livre... Toujours est-il que je l'ai laissé traîner dans mon sac une bonne partie de l'été, indécise quant au sort que j'allais lui réserver quand je finissais un autre livre. Puis après avoir commencé des pages de-ci de là sans que rien ne me convainque complètement, mon regard a dérivé vers ce petit poche-là qui restait au fond de mes affaires.
 
  Autant vous dire tout de suite que je l'ai terminé en l'ouvrant deux fois seulement. Impossible à lâcher.
 
  Pourtant j'avais lu des critiques un peu mitigées, j'ai entamé ces deux cents pages pas complètement emballée, après une lecture qui m'avait bien plu.
 
  Mais coup de foudre.
 
  Gary commence son livre sans prévenir, en nous immisçant dans l'intimité de Jacques Rainier, qui voit les affaires tourner vinaigre et qu'on sent rapidement mal avec la réalité du monde, mal avec lui-même et avec ce qu'il dégage, ce qu'il ressent. Mais le lecteur comprend peu à peu ce que Jacques tente de cacher, cette peur qui revient, qui finit par le tarauder et contre laquelle il s'invente un bouclier qu'il espère solide, dont il espère qu'il lui redonnera vigueur, une sorte de fantasme contre lequel il entame une lutte sans merci. (Bon, je ne vais pas vous faire de dessin ou faire durer le suspense, c'est dans le résumé, mais cette peur se traduit par une impuissance sexuelle progressive qui lui fait remettre en doute jusqu'à sa virilité, ses sentiments pour une femme d'une vingtaine d'années qu'il aime et devant laquelle il ne sait plus quelle attitude prendre, quelle contenance se donner pour pallier ce manque.)
 
  Au-delà d'un personnage auquel on s'attache plus que de raison, qu'on comprend malgré l'éloignement oui parce qu'à moins de vingt ans, je vous avoue que les problèmes de prostate...bon... et dont les émotions nous le rendent proche, Romain Gary offre dans Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable une sorte de panorama. Comment dire... Jacques Rainier, de plus en plus détruit par tout ce que ce déclin signifie pour lui, voit tout s'écrouler autour de lui, ce n'est pas que sexuel, mais aussi personnel, professionnel, conjugal... Il se heurte soudain à une réalité de vie dure et qui tire vers le bas. Pourtant il se bat, on assiste à des scènes mi-comiques mi-tragiques de suivi médical, de discussions avec d'autres hommes du même âge qui étalent leur vie sexuelle comme un trophée, pensant prendre l'ascendant sur leur locuteur... Le sujet a beau être tabou, compliqué à traiter, Gary le fait avec une telle finesse, une telle justesse, un humour, certes grinçant, noir mais à tomber par terre, que ça semble finalement assez "naturel", allant de soi, fait pour sa plume sans qu'il aille trop loin, mais sans trop de détours non plus.   
 
  Et puis, il y a Laura, cette jeune Brésilienne dont Jacques est éperdument amoureux, d'un amour partagé, si fort qu'il pense redécouvrir un sentiment, redécouvrir un monde avec elle. Ils s'aiment. Ils sont deux, pour ce qu'ils sont, complètement. Et il est des livres dont vous aimeriez connaître certains passages par cœur pour pouvoir vous les chanter quand vous avez besoin de beauté, de mélodies caressantes et douces. Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable est de ceux-là.
  Romain Gary parvient à retranscrire avec un sublime rare, sans doute inédit, des sentiments fugaces ou plus longs, des émotions nouvelles, découvertes, propres à une personne, pour elle, en elle... J'ai rarement été devant des lignes si belles, contre lesquelles je me retrouvais complètement désarmée, limite désemparée, estomaquée qu'on puisse imager, imaginer, dépeindre trait pour trait, si justement un sentiment unique. Devant lesquelles on se retrouve un peu bête, un peu triste, un peu gai, un peu tout, mais surtout frissonnant d'impression.
  Je ne pourrais pas dire que c'est un roman d'amour ou d'impuissance. C'est plus que ça : il se lit, se comprend, s'assimile, s'aime. C'est une histoire.
 
"Tu effleures mes lèvres du bout des doigts, souris, appuies ta tête contre ma joue et mon cou, et il doit y avoir d'autres façons de vivre, il faut que je me renseigne. De lents voiliers glissent vers des rivages paisibles et je guette leur douce et chaude navigation dans mes veines. Jamais mes bras ne se sentent plus forts que lorsqu'ils crèvent de tendresse autour de tes épaules. Il y a un monde, dit-on, derrière les rideaux, une autre vie, dehors, mais c'est de la science-fiction. Le flot de minutes fait un détour et s'en va grignoter ailleurs." (p.43)
  C'est tendre et brusque, doux et cru, beau et cuisant, pur et douloureux, intime, précis mais tellement universel.
 
  Un cocktail décapant de complétion.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bonjour!
Pour laisser un commentaire, assez simple :
- vous écrivez votre message dans l'encart blanc pour cela, juste sous ce petit texte
(- vous êtes gentil-poli-mais-vous-dites-quand-même-ce-que-vous-pensez)
- vous sélectionnez le profil de votre choix
- vous appuyez sur "Publier"
ET VOUS N'OUBLIEZ PAS DE FAIRE LE CODE POUR PROUVER QUE VOUS N'ETES PAS UN ROBOT!

Et voilà! C'est dans la poche, prêt à être lu, publié par mes soins et à obtenir une réponse!
Merci beaucoup pour votre passage sur Rivière de Mots et à très bientôt!