En quelle langue?

dimanche 12 janvier 2014

La Mémoire des Murs, de Tatiana de Rosnay

La Mémoire des murs
  Il était pourtant parfait cet appartement : pile ce que Pascaline voulait! Mais voilà, dès qu'elle pénètre dans ces murs, elle se sent mal, la tête qui tourne, le cœur au bord des lèvres, une sensation de vide, de creux, quelque chose d'insoupçonnable et d'insensé... Il est de ces lieux où l'on se sent bien inexplicablement, d'autres où c'est tout l'inverse.
  Et à peine installée, Pascaline apprend que ces mêmes murs dans lesquels elle dort et vit depuis peu, qui lui donne le tournis et la mette mal à l'aise ont été témoin d'un crime. Le premier d'une série de sept.
  Lentement, par touches infimes, ce drame fait ressurgir en elle un passé douloureux, une fragilité enfouie qu'elle pensait avoir surmontée, dépassée. Pour en finir avec son passé, elle se lance alors sur les traces du tueur en série. Une quête obsessionnelle qui ravive ses blessures et l'amène à la lisière de la démence.
 
Ecrit par Tatiana de Rosnay
Editions Le Livre de Poche
160 pages

                    MON AVIS

  J'avais acheté ce petit livre, cette petite pépite à la brocante de ma ville, à la rentrée ou quelque chose dans ce goût-là, puis l'avait laissé de côté, me disant que je le lirai plus tard. Je l'avais acheté bien sûr, parce que l'auteure était Tatiana de Rosnay et que Tatiana de Rosnay...chaque fois que je vois un livre d'elle que je n'ai pas je l'achète! Donc dans la lignée, j'ai aussi acheté Boomerang dont vous aurez bientôt la chronique, je pense!
  Puis là, je cherchais un bouquin court, quelque chose de profond mais qui ne m'emporte par pour une éternité...
  Je crois que c'est raté en même temps que réussi...parce que ce livre va me rester loooongtemps dans la tête, je pense!
  Je l'ai commencé sans vraiment savoir de quoi parlait l'histoire ni rien et puis j'ai tout de suite été plongée dans ce malaise, cette petite chose impensable dans laquelle l'auteure nous coince comme le chat accule sa souris au mur. On se sent mal, comme Pascaline, et en même temps on a tellement envie de savoir ce qui va se passer, de comprendre, de saisir le moindre détail...
  Bon, je sens que cette chronique va être difficile, vu comme je l'ai commencée!
  Ce bouquin est une merveille, disons-le très franchement. Noir, féroce, dur et cruel avec son lecteur parce que l'auteure nous torture bien jusqu'au bout, que ce soit au niveau du suspense, de l'histoire, des faits, des meurtres, des secrets ou des mensonges, mais une merveille à n'en point douter.
  Un bon roman noir donc, comme je n'en avais que rarement voire jamais lu puisque qu'habituellement c'est pas trop mon truc.
  Au début, l'histoire nous semble un peu banale, insipide : une femme divorcée, sans enfant, qui veut se construire une nouvelle vie mais n'arrive pas à oublier son ancien mari... Presque le synopsis d'un livre à l'eau de rose! Mais très vite, un gênant malaise s'installe et peu après, on en connait la cause...et ça ne fait qu'empirer! Une jeune femme a été tuée dans cet appartement, violée, puis labourée de coups de couteaux, retrouvée la gorge béante... (Désolée pour le détail peu...ragoûtant, il est vrai!)
  Pascaline a en elle une sensibilité hors du commun et sent, ressent tout ce qui s'est passé dans ces murs. Cela devient pour elle une véritable obsession et commence alors une enquête malsaine autour de ce tueur en série, autour de ces sept jeunes filles assassinées l'une après l'autre pendant plusieurs années.
  L'intrigue se forme donc en deux parties, véritablement : celle de la vie personnelle de Pascaline qui prendra le pas sur la deuxième : son enquête sur ce tueur. Intrigues surprenantes, étonnantes, comme l'est le livre en lui-même. Les deux sont fondamentales et passionnantes, tout aussi prenantes l'une que l'autre et j'ai aimé le fait que l'auteure n'en laisse jamais une de côté mais les lie et les mette en parallèle constamment.
  Du côté des personnages, Pascaline prend toute la place et à vrai dire elle est déjà tellement complexe psychologiquement que ce n'est pas si peu! C'est aussi ce qui m'a énormément plu dans ce roman : le travail incontestable de l'auteure sur les moindres émotions, ressentis, peurs et sentiments de la narratrice. Elle est tellement travaillée et a finalement une histoire si peu banale, dure, horrible qu'elle occupe notre esprit pendant toute notre lecture, même quand on ne lit pas on y pense. Ce personnage est l'élément central du livre et est si indescriptible que je ne vais pas en dire plus sur elle, seulement qu'elle est au moins aussi intéressante que son histoire tant ses reliefs sont révélés au fur et à mesure du livre et tellement elle peut changer, évoluer, délirer. C'est véritablement passionnant.
  Je finis avec ce style...indescriptible, encore une fois? Décidément, j'ai l'impression d'écrire cette chronique pour rien puisque je n'arrive à rien décrire...!
  J'avais été subjuguée à ma lecture de Elle s'appelait Sarah et j'ai été complètement emportée et bouleversée pour La Mémoire des Murs. Je m'attendais à retrouver la même écriture tendre, émouvante, touchante et ai retrouvé une plume bien plus tranchée, un rythme plus soutenu, plus saccadé, presque et je dois avouer que cette facette m'a bien plu! Ca change et plonge dans cette sorte de sentiment dérangeant et persistant dont je parlais tout à l'heure.
  Un style magnifique, cependant, sans grand étonnement mais avec un véritable plaisir encore une fois. J'ai été surprise et j'ai beaucoup apprécié ce changement de tonalité si brusque de ma précédente lecture à celle-ci.
  En somme, un bouquin inégalable, perturbant, entêtant, décapant et, je dois bien le dire carrément flippant par certains côtés! J'ai été complètement emportée par  cette histoire hors du commun, par ce personnage si complexe et si réel, si abouti, si vrai et si attachant, par ces meurtres et ces secrets, par ces révélations pas à pas, par ce style inoubliable, par ce passé qui ressurgit et se cogne à la mémoire des murs... Un coup de cœur, même si je me fais un peu peur en disant cela!
 
Avis aux âmes sensibles : ne pas lire le soir!

2 commentaires:

  1. quelle chronique, tu donnes trop trop envie de le lire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci!
      C'est bien le but! Lance-toi, il est vraiment...déroutant!

      Supprimer

Bonjour!
Pour laisser un commentaire, assez simple :
- vous écrivez votre message dans l'encart blanc pour cela, juste sous ce petit texte
(- vous êtes gentil-poli-mais-vous-dites-quand-même-ce-que-vous-pensez)
- vous sélectionnez le profil de votre choix
- vous appuyez sur "Publier"
ET VOUS N'OUBLIEZ PAS DE FAIRE LE CODE POUR PROUVER QUE VOUS N'ETES PAS UN ROBOT!

Et voilà! C'est dans la poche, prêt à être lu, publié par mes soins et à obtenir une réponse!
Merci beaucoup pour votre passage sur Rivière de Mots et à très bientôt!