En quelle langue?

vendredi 18 octobre 2013

Big Easy, de Ruta Sepetys

 
Années 50 à la Nouvelle-Orléans.
  Josie Moraine, dite Jo, n'a pas tiré le gros lot. Fille d'une prostituée qui n'a rien à faire d'elle, à part pour la voler, elle grandit dans une Maison Close, au Quartier Français, celui des affaires louches, des crimes, des vols, de la mafia et des gens sans avenir. Pourtant, Josie a un rêve : quitter cette villle, surnommée The Big Easy et pourtant si peu easy, pour entrer à Smith, prestigieuse université du Massachusetts. Dépouillée par sa mère et endettée, tout pousse la jeune fille à suivre, elle aussi, la voie de l'argent facile. Mais Jo vaut beaucoup mieux que cela... et ceux qui l'aiment le savent bien...

Ecrit par Ruta Sepetys
Traduit Bee Formentelli
Editions Gallimard Jeunesse
Collection Scripto
480 pages

                   MON AVIS

  Bon, premièrement, un énooooooorme merci aux éditions Gallimard pour ce petit...bijou de littérature jeunesse! Merci, merci, merci et encore merci!
  Deuxièmement, désolée pour ma flemmardise, mais je n'ai pas pu m'empêcher de reprendre le résumé de la quatrième de couverture parce qu'il résume tellement bien le livre que bon...pas la peine d'en écrire un autre comme je le fais d'habitude! J'ai simplement ajouté et enlevé quelques éléments pour vous éviter d'en savoir trop.
  Donc...quand j'ai reçu ce livre, je n'étais pas...emballée. En fait, je n'en avais surtout pas du tout entendu parler, et je ne connaissais pas l'auteure non plu (honte à moi!) qui a pourtant écrit Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre, que je n'ai malheureusement pas de l'occasion de lire (honte à moi encore), mais dans lequel je vais très prochainement me plonger parce que ça correspond pile à mon programme d'histoire de cette année et que la seconde guerre mondiale m'intéresse terriblement...assez bizarrement! (Sur le sujet, si ce n'est pas fait, lisez Ils m'ont appelée Eva...une pépite, "lui" aussi!). Bref! Je vais y arriver, pas d'inquiétude!
  J'ai à peine lu la quatrième de couverture, en fait... Ce n'est que quand mon bibliothécaire préféré ( ;) ) a pointé le livre du doigt quand je l'ai sorti de mon sac en faisant "Oooh!" que j'ai compris qu'il y avait quelque chose avec ce bouquin! Donc il m'a tout expliqué sur Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre, et puis je me suis dit qu'il me fallait lire au plus vite celui-ci, avant sa sortie...chose faite!
  Et lorsque je l'ai commencé, j'ai tout de suite accroché. Au début, on entre, pas très sûrs de nous, ne sachant pas trop par quel bout débuter l'histoire. On fait vaguement connaissance avec les personnages, on s'interroge sur chacun d'eux, on les perd, on les retrouve, on les chérit, on les adore et on les voit grandir, prendre de l'assurance, ouvrir leur esprit ou le fermer tout au long du livre. On a peur pour eux, vraiment. Vraiment peur. Ce n'est pas juste cette sensation sourde qu'on éprouve dans les livres. C'est une peur réelle, comme si nous étions à leur place, soudainement, que les rôles s'inversaient et qu'ils devenaient spectateurs de leur propre histoire dont on a pris possession. Très déroutant, mais tellement accrocheur... Je me suis tant attachée à Jo que je redoutais la fin du livre. Et puis, il y a de ces personnages qu'on aimerait ne pas voir succomber...et qui pourtant s'écroulent devant nos yeux exorbités par l'incompréhension et l'amertume de les perdre.
  J'ai beaucoup aimé Jo, donc, une jeune fille fragile et forte à la fois, qui ne cherche qu'à cacher ses faiblesses et sa fragilité, justement, sous une épaisse carapace que peu sont autorisés à percer. Jo raconte l'histoire à travers son point de vue, ses émotions et fait passer tout son cœur à travers les mots. On la comprend, on comprend cette vie difficile, cette existence malmenée, persécutée. Son désir d'entrer dans une bonne université, la façon dont elle s'accroche à sa conduite -sa bonne conduite-, et tous ses actes nous donnent une image d'elle qui tranche tellement avec celle de sa mère... On découvre quelqu'un qui a un vrai sens moral et qui a une irrépétible envie de bien faire et de monter aux autres qu'elle est capable de s'en sortir sans tomber dans la prostitution et le domaine de l'argent facile, comme sa mère dont elle a terriblement honte.
  Et puis on a Willie, la madam de la maison close dans laquelle sa mère..."exerçait". Willie, on la rencontre au tout début du livre, on a tout de suite affaire à sa sévérité, son scepticisme constant, ses sautes d'humeur et son langage de charretier. Et pourtant, on s'attache tout de suite à elle. Tout de suite? Non, pas vraiment, en fait! Mais...vite. En la connaissant mieux.
  Il y a aussi Patrick, Charlie, Jesse, trois personnages complètement différents, qui se ressemblent, cependant, bizarrement. Par leur gentillesse, leur bonté, leur grandeur d'âme.
  L'histoire n'est pas facile, mais si bien abordée...ça a du être un travail considérable d'écrire ce livre. Il est tellement bien fait, que ce soit au niveau de l'histoire elle-même, des personnages, de leur propre histoire... Tout est brillamment abordé, dépeint, décrit, rien n'est jamais laissé au hasard et c'est remarquable.
  L'histoire, donc, est difficile à partager, à ressentir, parce qu'elle est tellement dure qu'on pourrait avoir du mal à la comprendre, mais l'auteure a réussi, je ne sais comment, à faire passer dans ses mots une rage, une peur, une conscience, presque, une vie...c'est absolument impressionnant. Les personnages nous apparaissent si concrets, si réels, qu'ils entraînent l'histoire dans leur..."apparence de réalité".
  Psychologiquement, ce n'est pas simple à aborder, non plus. Un autre temps, une autre ville, un métier assez...spécial (!), et une vie complètement différente de celle qu'on a. Dans ce milieu effrayant de personnages peu recommandables, de prostitution, de dettes, et d'argent trafiqué, qui nous rend mal à l'aise tout autant qu'il nous intrigue et nous enivre,  on se surprend à soupçonner n'importe qui, à ne faire confiance à personne et, on s'attend à tout. Rien ne peut plus nous étonner sauf, évidemment, ce qui finit par arriver dans l'histoire en définitive. On avait bien sûr tout prévu. Tout. Mais ce "tout" ne comprenait pas ça.
  Et puis, c'est tellement bien raconté, tellement bien écrit qu'on a envie de le crier sur tous les toits, de lire ce livre. J'ai eu envie de le raconter, de le partager avec tout le monde, cette semaine. Mais en même temps, j'avais envie d'être la seule impliquée dans l'histoire de notre héroïne plus vraie que nature, avec laquelle on apprend des joies, des peines, avec laquelle on attrape toute sorte de maladies : entre addictions, désillusions, colère, larmes, frustration, terreur, et sourires, parfois.
  Vraiment, c'est magnifiquement écrit. C'est bien simple : on ressent tout, rien ne passe sans nous laisser une pointe de remord, de regret, de nostalgie, de joie ou de tristesse.
   Il y a du "trash", oui, il y a des choses choquantes...mais réveillez-vous! On est à la Nouvelle-Orléans, dans les années 50, et qui plus est dans le quartier français, et qui plus plus est dans un livre où la mère de l'héroïne est une prostituée!
  Alors oui certains passages sont vraiment explicites, mais pour tout le reste...on s'en fiche. Et ça ne vaut pas le coup de s'arrêter sur ça, surtout qu'on a vu pire...il n'y a qu'à lire...Le secret de Chanda, par exemple, et le ressenti est décuplé! Non, mais c'est pas non plus la mer à boire de ce côté-là, franchement! En plus, ce n'est que très bref.
  Tout est beau dans ce livre. C'est fou d'en trouver un comme ça : où tout devient fascinant, incroyable, tellement envoûtant qu'on ne peut pas s'arrêter de lire, qu'on doit juste continuer, continuer, jusqu'à finir sur cette note...horrible? Belle? Allez, va pour belle! Mais cette fin...CETTE FIN!! C'est un de ces livres que vous refermez en soufflant quelque grossièreté, vidé d'émotion, d'impression, seulement concentré sur une chose : c'est fini. Et c'était magnifique. Beau. Incroyablement beau. Grand.
  Alors faites-moi plaisir : lisez ce livre! Parce qu'il vaut tout l'or du monde et que j'ai versé tant de larmes pour lui, que j'en ai retenu tant d'autres et que j'ai eu de telles émotions en le lisant que... Je ne sais pas. Tout ce que je sais c'est qu'il faut le lire.
  Mais ce livre est tellement...Ah! On s'en arrache les cheveux! Je ne peux pas vous en dire plus, pas vous expliquer plus en détails comme j'ai ressenti ce livre et comme je me suis attachée aux personnages. A vous de découvrir et...d'aimer! Pour moi, il n'y a plus que trois mots à écrire : Coup de Cœur.
  Merci encore aux éditions Gallimard et...vive le 18 novembre (date à laquelle je rencontrerai Ruta Sepetys en personne!)

14 commentaires:

  1. Je suis en train de le lire alors je n'ai pas tout lu, mais pour le moment, j'adore :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah! Enfin quelqu'un qui m'écoute! ;)
      Enfin, heureusement que tu le lis, en même temps parce que je t'y aurais forcée de toute façon!
      Hâte de voir ta chronique!! ♥

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Tu ferais bien parce que...si tu ne le fais pas, ben...tu rates VRAIMENT quelque chose!! (Très convaincant, n'est-ce pas?) ;)

      Supprimer
  3. Je vais tenter de me le procurer, car il a l'air merveilleux :D ! Participes tu au concour des Jeunes Ecrivains, cette année ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il l'est, je peux te l'assurer!
      Oui, j'ai déjà quelques idées! =) Et toi?

      Supprimer
  4. Ce livre a été une superbe découverte pour moi aussi ! Et en plus, tu vas à la rencontre ? La chance :) C'est un peu loin pour moi mais ça aurait été avec beaucoup de plaisir que je m'y serais rendue :) Profites-en bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUIIIII! Je sais que je suis super chanceuse et j'en suis ravie, parce que rater ça...je vous enverrai des photos à toutes, promis! ;)
      Je suis contente que tu aies aimé aussi! ♥

      Supprimer
  5. Je ne vois que de bonnes critiques sur ce livre, ça donne envie! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai! Mais attention : il les mérite toutes! =)

      Supprimer

Bonjour!
Pour laisser un commentaire, assez simple :
- vous écrivez votre message dans l'encart blanc pour cela, juste sous ce petit texte
(- vous êtes gentil-poli-mais-vous-dites-quand-même-ce-que-vous-pensez)
- vous sélectionnez le profil de votre choix
- vous appuyez sur "Publier"
ET VOUS N'OUBLIEZ PAS DE FAIRE LE CODE POUR PROUVER QUE VOUS N'ETES PAS UN ROBOT!

Et voilà! C'est dans la poche, prêt à être lu, publié par mes soins et à obtenir une réponse!
Merci beaucoup pour votre passage sur Rivière de Mots et à très bientôt!