En quelle langue?

dimanche 25 août 2013

De silences et de glace, de Julia Billet

  "Ton frère est mort sur le coup" lui dit son père. A partir de là, rien n'est plus pareil. Ils essayent de lui faire plaisir, de faire comme si rien ne s'était passé en l'emmenant au cinéma voir des films qu'elle n'écoute, à la piscine alors que son père déteste ça.
  Mais un jour, la mère de Sarah dit qu'il ne faudra plus parler de lui, jamais. Il est mort, il est mort. Fin, terminé. La chambre est vidée, mais les souvenirs persistent, plus durs que du diamant. Pourquoi oublier?

Ecrit par Julia Billet
Aux éditions L'école des Loisirs
Collection Medium
109 pages

                 MON AVIS


  Wah. Claque. Claques. Par paires. Pam! Pam!
  J'ai trouvé ce livre en cherchant La guerre de Catherine, de la même auteure, donc j'avais entendu parler par une  libraire. Comme ce n'est pas tout nouveau je suis allée à la bibliothèque le chercher, et à côté, tout petit, il y avait aussi celui-ci. Caché derrière le grand. Et pourtant, lequel est le plus grand des deux? Je n'ai pas encore lu l'autre, mais je peux vous dire que celui-là...celui-là, merde, quoi! Je n'ai pratiquement jamais ressenti ça pour aucun livre de toute ma vie. Et je vous promets qu'en disant ça, je pèse bien mes mots...
  J'ai commencé sans trop savoir sur quoi j'allais tomber, ne connaissant ni l'auteur ni le livre ni le style ni rien. Je me suis finalement laissée submerger par l'histoire de Sarah, par le décès de son frère et par cette première phrase du livre "Ton frère est mort sur le coup.". On ne peut plus claire, mais dès le début... Pam! Pam! Pourquoi? Comment? Quand? On ne le sait pas. Il est mort, c'est tout, et ce n'est que ça qui compte, finalement. Le reste on s'en contrefiche. Le reste n'est que futilité face à cette phrase et à cette apocalypse qui survient aussi soudainement qu'on ne peut même pas s'en rendre très bien compte sur le moment.
  Sarah est une jeune fille très philosophique et extrêmement intelligente, en tout cas, c'est comme ça que je l'ai perçue. Tellement fragile qu'elle se forge une carapace presque impénétrable. Sarah, qui raconte cette histoire...c'est dur de la cerner, au début, avec ses enfilades de mots, ses phrases tranchantes comme des couperets, ses incertitudes... Julia Billet nous livre ici un personnage très complexe qui colle si bien avec son histoire que c'en devient stupéfiant.
  L'écriture, qui plus est, est...magnifique? Je ne sais pas trop si je peux vraiment écrire ce mot, dans cette chronique, précisément pour qualifier ce livre-ci, mais, ce style va à merveille avec le reste. Tout est somptueusement dit, et les métaphores que cette auteure magicienne emploie tout le livre durant sont d'une beauté et d'une pureté à couper le souffle. Sarah nous glace le sang, nous fait pleurer, nous laisse esquisser un sourire, nous fait pousser un soupir... Il n'y a pas véritablement de suspense, parce qu'on sait déjà que son frère est mort, que sa famille essaye, mais elle se livre à nous avec une telle énergie, une telle mélancolie et une telle tristesse qu'on ne peut que pleurer et avoir envie de la prendre dans nos bras.
  C'est un livre qui chuchote, qui est écrit comme en tout petit malgré la grosse police. C'est un roman particulier qui se fait tout petit pour ne pas trop en blesser mais prend une hauteur incroyable une fois ouvert. Un de ces rares livres, vous savez bien, qu'on veut garder comme un secret, mais qu'on aimerait faire découvrir à tout le monde en même temps.
  Ce moment si dur où sa maman dit stop. Où elle interdit désormais ne serait-ce que de prononcer son nom, de faire allusion à lui. Il est mort et c'est tout. Une fois que c'est fini, c'est fini. Et juste après cette phrase de sa maman, ce long paragraphe avec ton ce qu'on dit pour exprimer la fin. Toutes ces expressions, tous ces mots qui nous jaillissent en plein dans la tête et nous prouve à nous aussi qu'une fois que c'est la fin, eh bien oui : c'est vraiment la fin.
  Je n'ai pas ton joyeux habituel, le remarquez-vous? Aujourd'hui, sans vouloir plomber l'ambiance, je voudrais juste faire comprendre combien ce livre microscopique dissimule des sentiments supérieurs à ceux qu'on ressent avec un livre "normal". Même sur ceux qui traitent de la mort, à part avec Nos étoiles contraires et peut-être un ou deux autres, jamais, je dis bien jamais je n'ai eu autant de compassion et d'empathie pour le personnage fragilisé, déboussolé, et complètement perdu qui se cache derrière les lignes qu'il ou elle écrit.
  Ce livre n'est pas très connu, n'est pas primé, à ma connaissance. Et pourtant...qu'est-ce qu'il devrait! C'est un de ces romans courts dont vous vous dites qu'on pourrait épiloguer dessus pendant des heures entières sans jamais dire la même chose. Parce que ce livre est unique, bouleversant, pénétrant, fou, dangereux, choquant, indiciblement larmoyant, triste, horrible, plein de sentiments diablement bien transmis, mais surtout vivant. Vivant grâce à Sarah.
  Alors, pour vous rendre compte de votre bonheur constant, pour rester vivant quoi qu'il arrive...lisez-le, vous aussi. Vous comprendrez, alors, pourquoi je peux plus rien vous dire dessus avant que vous ne le fassiez.

8 commentaires:

  1. Réponses
    1. Eh bien, lis, aussi! LIS!!!
      (Paraitrais-je un brin cinglée?) ;)

      Supprimer
  2. C'est bon, tu m'as convaincue, il FAUT que je le lise !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ça! C'est clair que tu DOIS! :)
      J'attends ton avis avec impatience et je suis contente de convaincre des lecteurs comme toi!

      Supprimer
  3. Ce livre a l'air assez déprimant, mais il a l'air très fort... Je note!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ^^" J'en viens à regretter mon ton trèèèèès mélancolique...j'en ai peut-être un peu trop fait de ce côté-là, pour bien vous convaincre! En même temps, quand on doit s'interrompre dans sa lecture parce qu'elle devient brouillée tant nos larmes coulent...je me dis qu'il faut bien appuyer le conseil, quand même!

      Supprimer
  4. Je suis tombée sur cet article et j'en suis encore toute estourbie...Merci de votre lecture et de tous ces mots

    Bien amicale
    Julia Billet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, merci beaucoup, c'est moi qui suis toute estourbie, maintenant! De rien, mais c'était tout à fait normal : ça venait du cœur, vraiment.
      A bientôt :)

      Supprimer

Bonjour!
Pour laisser un commentaire, assez simple :
- vous écrivez votre message dans l'encart blanc pour cela, juste sous ce petit texte
(- vous êtes gentil-poli-mais-vous-dites-quand-même-ce-que-vous-pensez)
- vous sélectionnez le profil de votre choix
- vous appuyez sur "Publier"
ET VOUS N'OUBLIEZ PAS DE FAIRE LE CODE POUR PROUVER QUE VOUS N'ETES PAS UN ROBOT!

Et voilà! C'est dans la poche, prêt à être lu, publié par mes soins et à obtenir une réponse!
Merci beaucoup pour votre passage sur Rivière de Mots et à très bientôt!