En quelle langue?

dimanche 26 mai 2013

Vango, tome 2 : Un prince sans royaume, de Timothée de Fombelle

"New York, 1936. Accroché au sommet des gratte-ciel, Vango poursuit l'homme qui a causé son malheur et détient le secret de sa naissance. Mais la fuite de Vango ne connait pas de trêve. Quel est le chasseur et quelle est la proie ? L'amour d'Ethel survivra-t-il à tant de tempêtes ?
A travers les forêts du Caucase, le ciel de Paris ou de l'Ecosse, ce second volume achève somptueusement la saga de Vango."
 
"Un héros inoubliable et romantique, une aventure haletante, envoûtante, poétique. Timothée de Fombelle signe à nouveau un grand roman, après le succès international de Tobie Lolness."
Ecrit par Timothée de Fombelle
Aux éditions Gallimard Jeunesse
393 pages
 
                   MON AVIS
 
Pas de spoil du premier tome!
 
  Par où commencer? Après cette aventure périlleuse et percutante, je ne sais pas trop par quel bout entamer ma chronique, pour tout vous dire. Bon, commençons par le commencement : j'ai adoré. Ce livre est un vrai coup de cœur à mettre entre toutes les mains, à dévorer en se noyant dans ces aventures spectaculairement racontées, à savourer en se délectant de cette intrigue et de ces dénouements si bien finis, trouvés, et si bien écrits.
 Voilà, ça, c'est fait!
  J'ai commencé ce second tome avec une petite boule au ventre, une appréhension qui m'a empêché de bien savourer les toutes premières pages. Une appréhension venue du premier tome dans lequel j'avais eu beaucoup de mal à me retrouver, au niveau de toutes ces péripéties qui s'enchaînes, de cette course-poursuite infernale, de ce continuel combat contre la montre, mais surtout de tous ces personnages. Parce que je ne sais pas combien ils sont, si on les recense tous, mais je pense qu'on peut facilement en trouver une bonne vingtaine à retenir si on veut bien suivre l'histoire. Et si on y ajoute les liens entre chacun d'eux, là, c'est quasiment mission impossible! Surtout quand on est vraiment pas fute-fute comme moi et qu'on ne voit qu'au bout des cent premières pages dévorées que "Ah! Mais il y avait un récapitulatif du premier tome au début du livre, en fait!"... Oui, je sais, c'est pas glorieux.
  Finalement, la boule s'est un peu relâchée, mais pas complètement, parce que le seul point que je reproche vraiment à ce livre c'est ce trop-plein de tout. Je sais bien que c'est le style de l'auteur et qu'on retrouve à peu près la même chose dans Tobie, mais pas à ce point-là. Pour cette duologie Vango, j'ai vraiment eu du mal à certains moments, mais plus encore pour le premier tome, dans mes souvenirs. En fait, je vous conseille de lire les tomes le plus vite possible, sur une semaine environ, pour que vous soyez bien dans l'histoire et ne décrochiez pas avant les révélations finales imprévisibles et complètement énormes! Tirées par les cheveux, mais dans le bon sens du terme. Et quand on y regarde plus attentivement, on se rend compte que tout a été millimétré au poil, à la virgule près. Ah non mais c'est vraiment impressionnant, je vous assure! Je ne sais même pas comment l'auteur s'y est pris pour : 1) se retrouver dans son histoire trèèèès tortueuse ; 2) tout faire coïncider divinement bien et 3) nous ravir par la même occasion avec une série complètement dingue! Non, vraiment, son secret m'échappe... Mais je ne manquerai pas de lui en toucher deux mots début juin, lors de ma rencontre avec lui! Je sens que je vais en profiter, de cette rencontre...!
   Mais pour revenir au vif du sujet, je ne pourrais vous cacher que ce roman est une pure merveille. Un livre qui se lit, se relit et se savoure comme du sucre pétillant sur la langue : une cuillérée d'amour, et d'amitié, quelques pincées plutôt copieuses de méchants aux trousses de notre héros qui parcoure le monde à cent à l'heure, et une louche d'aventures incroyables! Une bonne recette, je vous assure!
  Tout ceci bercé par une écriture qui n'en est pas une tant elle sort des chantiers battus et se démarque de toutes celles croisées sur ma courte vie de lectrice affutée. Une écriture comment je ne pourrais vous en décrire. Une écriture magique qui s'adapte à toutes les émotions, à toutes les péripéties, à toutes les aventures... Un style aberrant qui en subjuguera plus d'un. Car cette plume est d'une douceur fatale, légère comme le souffle du vent qui aligne les mots, qui construit les phrases et nous les offre. car c'est un vrai cadeau que nous livre ici Timothée de Fombelle. Que ce soit pour Tobie ou pour Vango, ou même pour Victoria, il sait toujours trouver les mots justes, il sait toujours briller comme les étoiles et nous atteindre en plein cœur. 
  Ici, Timothée de Fombelle (décidément, je ne me lasserai jamais de ce nom...! Oh, c'est bon! J'ai bien le droit de lui vouer un culte, non?!) nous offre un rêve d'enfant, coloré, vivant, pétillant, bourré d'aventures, tout ceci empaqueté dans un papier cadeau pleurant de sentiments, dégoulinant de sincérité, empreint de perspicacité et ficelé par l'humanité.
  Ce que j'ai beaucoup aimé dans ce second tome, et dans le premier, aussi, d'ailleurs, mais ici, ça se ressent plus, c'est l'histoire. Au sens propre du terme. L'histoire "du monde", si vous préférez. Car le livre débute juste à l'avant-guerre et se termine en plein dedans, en 1942. Chaque fois qu'il l'a pu, mais sans que cela ne paraisse trop lourd, l'auteur a glissé des faits qui se sont réellement produits durant la Seconde Guerre mondiale. J'ai beaucoup apprécié ce revirement vers la réalité, cette liaison avec l'époque du livre qui ne fait qu'ajouter à l'univers quelques chose de plus marquant encore.
  A l'intérieur de ce dernier tome, on trouve toutes les réponses à nos interrogations tambourinant contre la suite, restées en suspend. Tous les secrets sont dévoilés, même ceux qui persistent jusqu'au dernier chapitre. Et inévitablement, tout ce qu'on avait planifié pour nos personnages tombe nonchalamment à l'eau. Et tout est consciencieusement décortiqué. Tout est subitement expliqué, nous sautant à la figure, arrêtant notre lecture tant cet évènement est imprévu. Car vous pouvez toujours chercher. Mais en vain : jamais vous ne trouverez les bonnes résolutions. Timothée de Fombelle a réalisé un véritable exploit en maniant si habilement ses personnages et ses péripéties multiples.
  Dans ce second tome, nous sommes emmenés sur les traces de l'histoire de Vango grâce aux inégalables bons dans le temps que glisse l'auteur sur plusieurs chapitres, nous sommes happés par son passé puis ramenés au présent comme un boomerang qui revient vers son envoyeur. On rencontre également beaucoup de nouveaux personnages, s'alliant ou non à ceux du premier tome qu'on retrouve bien changés. Et qu'on quitte pour certains, la larme à l'œil.
  Je ne pourrais plus vous expliquer ce que j'ai ressenti en lisant ce chef-d'œuvre, cette merveille qui défie tous ses lecteurs de reposer ce serait-ce qu'un instant le livre. Je tiens simplement, sur ces mots finaux, qui clôturent ma lecture et mon billet, à remercier l'auteur de posséder une plume si affutée, une imagination à ce point débordante et un talent aussi considérable que celui qu'il nous montre à travers ses ouvrages tous meilleurs les uns que les autres. Oui, vraiment : merci.

2 commentaires:

  1. Salut
    J'aime beaucoup ta chronique, néanmoins je ne pense que dans ton ante-antepénultième ligne, il eut été préférable que tu ne disses pas que cette merveille (ce en quoi je suis d'accord) a défait tous ses lecteurs de reposer le livre mais qu'elle les a plutôt défiés auquel cas l'orthographe exacte est défie. Néanmoins, l'article reste excellent; en tout cas de mon point de vue.
    J'aime beaucoup ton blog.
    Adrien (d'Adopage)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'affiche, c'est gentil à toi de mettre ta remarque en commentaire! Faute corrigée, mais pas la peine d'employer des temps qui ne s'emploient plus! ;-)
      Merci pour le reste.
      Bonnes vacances, ciao.

      Supprimer

Bonjour!
Pour laisser un commentaire, assez simple :
- vous écrivez votre message dans l'encart blanc pour cela, juste sous ce petit texte
(- vous êtes gentil-poli-mais-vous-dites-quand-même-ce-que-vous-pensez)
- vous sélectionnez le profil de votre choix
- vous appuyez sur "Publier"
ET VOUS N'OUBLIEZ PAS DE FAIRE LE CODE POUR PROUVER QUE VOUS N'ETES PAS UN ROBOT!

Et voilà! C'est dans la poche, prêt à être lu, publié par mes soins et à obtenir une réponse!
Merci beaucoup pour votre passage sur Rivière de Mots et à très bientôt!