En quelle langue?

mardi 23 avril 2013

Never Sky, de Veronica Rossi

  Depuis que le ciel s'est chargé d'Ether, les hommes n'ont plus d'autre choix que de vivre sous des Capsules d'où ils peuvent se dédoubler dans des Domaines, des lieux virtuels. Mais pour les Sauvages, les Etrangers, il ne reste plus que la nature dévastée.
  Aria a 17 lorsque, accusée d'une crime qu'elle n'a pas commis, elle est bannie de sa Capsule, Rêverie, et est rejetée dans la nature. Mais alors qu'elle se croit perdue et au bord de la mort, Perry, un jeune chasseur, à la peau tatouée et aux allures de Sauvage, va lui proposer un marché et tenter de la protéger.
 
Ecrit par Veronica Rossi
Traduit par Jean-Noël Chatain
Aux Editions Nathan
 
                  MON AVIS
 
  Tout d'abord, je remercie profondément les Editions Nathan pour m'avoir fait parvenir ce livre que j'avais beaucoup envie de lire depuis sa sortie!
  Je dois dire, tout d'abord, que j'ai vraiment aimé malgré un début un peu difficile, parce que je ne comprenais pas tout à fait le principe des Capsules, des Domaines, des SmartEyes, des SmartScreen, et j'en passe! Un dystopie pour laquelle l'auteure a eu beaucoup d'imagination et d'inventivité.
  Le principe est que depuis "l'Unification", eh bien les hommes vivent sous des Capsules pour être protégé, entre autres, de l'Ether, un mouvement météorologique, en quelque sorte, qui se déchaîne et ne cesse de perturber la vie humaine. L'Ether détruit des villages entiers, décime des populations par ces flux et reflux car lorsqu'une tempête d'Ether survient, des décharges d'électricité pleuvent -expression- sur le monde. (En gros, c'est l'idée, il me semble. Oui, c'est assez compliqué, au début, quand même!) Et depuis que les hommes vivent sous ces Capsules, donc, ils n'en sortent plus, de peur de ne plus pouvoir y rentrer et de ne pouvoir survivre dans la nature.
  Tout au long de ce livre, nous suivons Aria et Peregrine, bien que, pour moi, le personnage principal reste quand même Aria (^^"). L'un est un Etranger, un Sauvage, l'autre est une Taupe, une Sédentaire. Pas facile de se retrouver lorsque l'on est si différent... Aussi horrible que cela puisse paraître au commencement du livre, Aria va être éjectée de sa Capsule dans la nature, tandis qu'elle croit être emmenée à Euporie -une autre Capsule-, voir sa mère Lumina. Elle se retrouve donc seule jusqu'à ce que Perry, ou Peregrine, apparaisse et qu'il lui propose un marché. La "cohabitation" entre ces deux personnages aux caractères opposés va se révéler très, très compliquée. Surtout pour Aria qui n'a jamais vu de feu de sa vie, qui n'a jamais senti la vraie douleur ou la peur profonde dans la surprotection que lui apportait son cocon de Capsule. Maintenant qu'elle doit survivre dans le vaste monde, qu'elle n'est livrée quasiment qu'à elle-même, tout devient très compliqué. au début du roman, j'ai donc perçu Aria comme une fille très superficielle et sans personnalité, une petite princesse trop occupée par ses petits souliers pour se soucier du monde extérieur. Et pourtant, une fois qu'elle doit se réveiller et commencer à évoluer, elle change radicalement. Au fur et à mesure du livre, on la voit s'adapter à sa nouvelle vie, faire beaucoup d'efforts pour suivre Perry, elle en devient attachante et j'avoue m'être parfois mise à sa place, me disant que ça ne devait pas être facile, facile.
  Perry, quant à lui... Je l'ai beaucoup aimé aussi! (^^) Un personnage extrêmement attachant dès le début, même avec son côté bourru, et un peu trop renfermé, il exprime tout ce qu'il ressent par ses gestes, ses actes et non par les mots. C'est un personnage très intriguant, qui possède une personnalité aux multiples facettes. Acharné, obstiné, il ne renonce devant rien.
  Ce qui m'a vraiment étonnée dans ce livre, c'est vraiment le "point de vue". Car ce n'est pas écrit à la première personne, et pourtant, dans chaque chapitre, il est dit le nom d'un des deux personnages. Et durant tout le chapitre c'est le côté de celui-ci qu'on va percevoir l'histoire. C'est vraiment très particulier, très innovateur, également, en tout cas pour moi, car je n'avais jamais rien lu de pareil.
  Ce qui m'a un peu dérangée également, au début, c'est le tutoiement direct des personnages ; ils ne se vouvoient jamais entre eux. Je ne sais pas si ça vient du traducteur ou si c'est l'auteur qui a préféré faire comme ça, mais c'est vrai que c'est assez déroutant, au début.
  Dans ce premier tome (car, c'est une trilogie, je crois, dont le deuxième tome va paraître normalement l'automne prochain, en 2013), les bases s'établissent, chaque personnage est bien détaillé, l'histoire est pourtant aboutie, mais l'auteur a vraiment cherché à aplatir son projet, et à expliquer ce nouveau monde et ces nouveaux gadgets avant tout. Mais il est vrai, oui, que les personnages prennent vraiment beaucoup d'espace. Ils sont chacun très différents, avec beaucoup de caractéristiques différentes, de dons, de plein de petites facettes inconnues qu'on découvre petit à petit. Et ce même pour certains personnages secondaires.
  J'ai beaucoup aimé l'écriture un peu suave de l'auteure, la sensibilité qui s'en dégage. D'une lenteur agréable, elle réussit à nous transporter dans un monde nouveau et complètement différent du nôtre. On vit dans ce nouvel univers, aux côtés d'Aria et de Perry et on évolue avec eux.
  Par ailleurs, on a beaucoup critiqué la couverture, moi je dois dire, que je suis tombée sous son charme, elle est peut-être bien simple, mais elle représente parfaitement le livre et colle très bien au texte. Elle est belle -je trouve-, les couleurs sont magnifiques, ces nuances de bleu électrique sont parfaites pour l'Ether que je m'imaginais vraiment comme ça...franchement, je l'adore! Après, c'est personnel!
  Voilà, voilà! Je pourrais encore en parler des heures, mais là, vous avez l'essentiel pour avoir envie de le lire! ;-)
  Encore un grand merci aux Editions Nathan! Je suis impatiente de pouvoir dévorer le tome 2 qui paraîtra donc dans une petite éternité à mes yeux...
  Un grand coup de cœur qui se dévore et se savoure par bien des côtés ; je vous le conseille vivement! Une dystopie à ne pas manquer!
 
(Comporte 379 pages qui se dévorent!)    
  Elu coup de  8937439-symbole-gribouill-es-coeur-rouge.jpg de Décembre 2012! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bonjour!
Pour laisser un commentaire, assez simple :
- vous écrivez votre message dans l'encart blanc pour cela, juste sous ce petit texte
(- vous êtes gentil-poli-mais-vous-dites-quand-même-ce-que-vous-pensez)
- vous sélectionnez le profil de votre choix
- vous appuyez sur "Publier"
ET VOUS N'OUBLIEZ PAS DE FAIRE LE CODE POUR PROUVER QUE VOUS N'ETES PAS UN ROBOT!

Et voilà! C'est dans la poche, prêt à être lu, publié par mes soins et à obtenir une réponse!
Merci beaucoup pour votre passage sur Rivière de Mots et à très bientôt!